blocks_image
Marrane !

Le 19 Juin 1943, le jour de son treizième anniversaire, la mère d'Eduardo Manet, le prend à part pour lui faire une drôle de révélation. 'Aujourd' hui, mon fils, tu aurais dû faire ta bar-mitzva, acte rituel accompli par tous les jeunes juifs de ton âge.' C'est ce jour là qu'Eduardo Manet découvre qu'il n'est pas vraiment catholique ni tout à fait juif.

Il est marrane, descendant de ces juifs de la Péninsule ibérique, contraints à partir de 1492 d'abjurer leur foi et se convertir au catholicisme sous peine de représailles. Soupçonnés de rester clandestinement fidèles au judaïsme, beaucoup durent s'exiler en Europe du Nord et dans le sud-ouest de la France. Quelques années plus tôt, en Andalousie, le même secret avait été révélé à sa mère par sa grand-mère, la Abuela, gardienne de la tradition sacrée. Jour après jour, elle enseigna à sa petite fille les notions essentielles de la religion juive, notamment la signification des fêtes, Pessa'h, la pâque juive, Roch hachana, le nouvel an et Yom kippur, le grand pardon.

Elle lui raconta qu'avant 1492, il fut une époque bénie où Maures, Juifs et Chrétiens vivaient en bonne intelligence. C'était l'époque d'El Andalous. Jusqu'au jour où le roi entreprit la reconquista et fit triompher la foi catholique à l'exclusion de tout autre... Cinq siècles après l'expulsion massive d'Espagne, cinq siècles après les conversions rapides pour ne pas périr dans les flammes, les 'Juifs Catholiques' espagnols étaient encore aux yeux des autres, des porcs ; des Marranos.
Voulez-vous écrire votre commentaire ? Allez à Recensions.
Editeur : Hugo&Cie
19/4/2007